FAQ

Les réponses à quelques questions posées par des vrais gens

Lorsque je donne des visites guidées ou que je fais des animations pour le grand publique, on me pose parfois des questions que je n'aurais jamais pu anticiper et qui me feraient rire si je n'avais pas peur de mettre la personne mal à l'aise. Voici quelques unes de ces questions avec, bien sûr, une réponse tout à fait sérieuse.

Avec tous ces télescopes, pourquoi est-ce qu'on n'arrive quand même pas à prévoir quand il y aura des tsumanis ?

Les tsunamis sont des ras-de-marées qui sont le plus souvent provoqués par un tremblement de terre, un glissement de terrain, ou une éruption volcanique sous-marine. Les télescopes ne sont tout simplement pas tournés dans la bonne direction pour observer ce type de phénomène ! Pour annoncer qu'il y aura un tsunami, il vaut mieux avoir un sismographe : un outil qui détecte les tremblements de terre.

Il y a quelques siècles, on croyait que la position des astres et l'apparition d'étoiles filantes avait une influence notable sur les évènements terrestres. L'étude des phénomènes astronomiques était donc financée par les rois qui voulait être au courant des évènements importants et des catastrophes naturelles à l'avance. Kepler, par exemple, était payé pour faire de l'astrologie. Aujourd'hui, en étudiant méthodiquement l'occurence des phénomènes astronomiques et des catastrophes naturelles, on constate qu'il n'y a pas de corrélation notable entre la position des planètes et les tsunamis. Les télescopes, en observant la voûte céleste, ne nous aident donc pas à prédire les tsunamis.

On pense que dans de très rares cas, un tsunami peut être causés par l'impact d'une météorite dans l'océan. Dans ce cas, une détection du météoroïde avant son entrée dans l'atmosphère, combiné avec des modèles mathématiques, pourrait permettre d'annoncer un tsunami en avance. Mais aucun tsunami provoqué par l'impact d'une météorite n'a été observé.

C'est quoi le trou noir ? Il est où ?

Le trou noir, mais lequel ? On en a déjà découvert quelques centaines et on continue d'en trouver d'autres. Il y en a qui font cinq fois la masse du soleil, et d'autres qui font 60 milliards de fois la masse du soleil. Les trous noirs les plus petits (« seulement » quelques dizaines de masses solaires) sont ce qu'il reste d'une étoile très massive arrivée en fin de vie. Les trous noirs supermassifs sont beaucoup plus rares. Il y en a un au centre de notre galaxie, ainsi que au centre de la plupart des galaxies suffisamment grandes. On n'est pas encore sûrs des mécanismes qui mènent à la formation des trous noirs supermassifs, et de nombreux chercheurs étudient la question à l'heure actuelle.

Mais pourquoi est-ce que ça s'appelle comme ça ? Pour s'échapper du champ de pesanteur d'un objet, il faut aller suffisamment vite. Plus l'objet est massif, plus il faut aller vite. Par exemple, pour quitter la Terre, il faut se déplacer à plus de 11 mètres par seconde. Certains objets sont tellement compactes, qu'il faudrait pouvoir aller plus vite que la lumière pour s'en échapper ! C'est bien sûr impossible : même la lumière ne peut pas. Comme aucune lumière ne peut quitter ces objets, on les appelle des trous noirs.

Pourquoi est-ce que la Lune, elle a l'air parfois d'avoir un filtre Instagram ?

C'est à cause de l'atmosphère de la Terre qui filtre la lumière la traversant. Plusieurs phénomènes différents peuvent donner des aspects différents à la Lune.

La lumière qui nous provient de la Lune est en faite la lumière du Soleil réfléchie par la Lune. Cette lumière contient toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, et on perçoit ce mélange de couleurs comme du blanc. Les molécules de gaz et les particules de poussière dans l'atmosphère terrestre dispersent la lumière dans toutes les directions et cette dispersion est d'autant plus efficace que la lumière est bleue. Lorsque la Lune est très basse sur l'horizon, la lumière qu'elle nous renvoit doit traverser une épaisse couche d'atmosphère. Lorsque cette lumière arrive jusqu'à nous, la lumière bleue a été dispersée par l'atmosphère, et on voit la Lune jaune/orangée.

Lorsque la Lune passe dans l'ombre de la Terre, elle n'est éclairée que par la lumière qui a traversé l'atmosphère terrestre. Comme l'atmosphère disperse surtout la lumière bleue, la lumière du Soleil qui arrive jusqu'à la Lune en ayant traversé l'atmosphère est rouge. La Lune prend alors une teinte rouge.

Un autre phénomène peut changer l'allure de la Lune : lorsqu'il y a un léger voile nuageux ou de la brume la Lune reste visible, mais n'a plus tout à fait la même tête.